Derniers commentaires reçus :
de Arthur :
Le blog a rouvert mais il ne s'y passe rien ???? J'ai compris que le blog avait ... suite
de Jimmy75 :
Le blog a rouvert !! ... suite
de Jimmy75 :
Le blog a rouvert !! ... suite
de Jimmy75 :
Youpi !! C'est une bonne nouvelle ! ... suite
de Jimmy75 :
Youpi !! C'est une bonne nouvelle ! ... suite
de Marcel :
Vous cherchez du mal où il n'y en a pas, Triton. Sur le journal municipal, on a ... suite
de triton :
www.lefigaro.fr/vox/culture/2015/09/04/31006-20150904ARTFIG00401-boualem-sansal- ... suite
de triton :
En effet, cette dame est tout à fait setimable et parait sympathique. Son vêteme ... suite
de Marcel :
Désolée, Triton, ce n'est pas un voile islamique mais un simple turban. Cela ne ... suite
de francais :
argenteuillais préparez vous a recevoir votre quotta de migrants et musulman de ... suite
 
 
 
 

Ajouter un commentaire sur l'article 5662

Lundi 29 Mai 2017

Le musée qui vient d’ouvrir ses portes à Marines défend la mémoire d’un passé tellement révolu qu’on l’en aurait presque oublié… Connaissez-vous le chardonnay du Val-d’Oise ? Cette histoire n’est pourtant pas si ancienne. « La région parisienne était autrefois le plus grand vignoble de France », rappelle Henri Le Rouzic, président de l’Union Vigneronne, Vals d’Oise et de Seine (UVVOS).

Une ville comme Argenteuil, au XVIIIe siècle, comptait mille hectares de vignes sur 1 700 cultivés, le reste étant de l’asperge et de la figue. Le vin d’Argenteuil, très connu, était alors en concurrence avec un autre cru fameux, celui de Suresnes (Hauts-de-Seine). En créant le premier musée d’Ile-de-France (hors Paris) entièrement consacré à la viticulture, l’UVVOS a voulu raviver ce glorieux passé. « Les gens pensent que le raisin ici ne peut être bon car nous manquons de chaleur et de soleil », plaisante Henri Le Rouzic. « Mais ce n’est pas mieux en Alsace et en Champagne ! »

 
Votre prénom ou pseudo  * 
Votre email  * (confidentiel) 
Votre ville  * 
Votre commentaire :
Recopiez le code ci-dessous:
Champ obligatoire

Selon l'artcle 34 de la loi informatique et liberté du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Pour exercer ce droit, contactez .
Nous vous rappelons que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez. Votre adresse IP (54.162.19.123) sera archivée.