Derniers commentaires reçus :
de FrédéricLN :
Bonjour, je découvre ce billet et ce mignon photomontage avec 3 ans de retard, m ... suite
de Arthur :
Le blog a rouvert mais il ne s'y passe rien ???? J'ai compris que le blog avait ... suite
de Jimmy75 :
Le blog a rouvert !! ... suite
de Jimmy75 :
Le blog a rouvert !! ... suite
de Jimmy75 :
Youpi !! C'est une bonne nouvelle ! ... suite
de Jimmy75 :
Youpi !! C'est une bonne nouvelle ! ... suite
de Marcel :
Vous cherchez du mal où il n'y en a pas, Triton. Sur le journal municipal, on a ... suite
de triton :
www.lefigaro.fr/vox/culture/2015/09/04/31006-20150904ARTFIG00401-boualem-sansal- ... suite
de triton :
En effet, cette dame est tout à fait setimable et parait sympathique. Son vêteme ... suite
de Marcel :
Désolée, Triton, ce n'est pas un voile islamique mais un simple turban. Cela ne ... suite
 
 
 
 
01 Argenteuil   01Business   20minutes   AB Habitat   AB news Le Journal Libre et Indépendant   Acteurs Publics   AFP   Argenteuil - Bezons, l'Agglomération   Argenteuil au coeur   Argenteuil Blog   Argenteuil Solidaire   Argenteuil.Politique   Atlantico   Bella Ciao   BFMTV   Blog Argenteuil 95   Blog Argenteuil Que Nous Aimons   Blog Collectif Poste Rue Kléber   Blog d'Alain Leikine   Blog d'Alain Leikine (ancien)   Blog d'Alain Leikine (le troisième)   Blog d'Ali Romdhane   Blog d'Ali Soumaré, Régionales 2010   Blog d'Anne Gelé   Blog de Christine Bierre   Blog de Dominique Lesparre   Blog de Faouzi Lamdaoui   Blog de Franck Debeaud   Blog de Frédéric Lefebvre-Naré   Blog de Georges Mothron   Blog de Georges Mothron (Nouveau)   Blog de Gérard Sebaoun   Blog de Gérard Sebaoun (Nouveau)   Blog de Gérard Seimbille   Blog de Hamou Aguini (Cantonales 2011)   Blog de Jean Pierre Zolotareff   Blog de Kévin Moignoux   Blog de l'Union pour le Val d'Oise   Blog de Marie-José Cayzac (Cantonales 2009)   Blog de Marie-José Cayzac (le troisième !!!)   Blog de Michel Févry   Blog de Michel Vampouille (Cantonales 2011)   Blog de Nicolas Bougeard (Cantonales 2011)   Blog de Philippe Doucet   Blog de Philippe Doucet (Nouveau)   Blog de Philippe Métézeau   Blog de Rachida Habri (Cantonales 2011)   Blog de Valentin Teixeira   Blog de Xavier Péricat   Blog des conseillers municipaux LO d'Argenteuil   Blog du Modem Argenteuil   Blog Georges Mothron 2014   Bondy Blog   Capital.fr   CGT Services Publics Argenteuil Bezons   Challenges   CODES95   Collectifs Argenteuillais   DailyMotion   demain.tv   Des Dômes Et Des Minarets   Département du Val d'Oise   Diagora Press   e-orientations   Engagés au centre pour Argenteuil   Europe1.fr   Facebook   Fédération Nationale de la Libre Pensée   Forum Socialiste   France 24   France 3   France Info   France Soir   Front de Gauche   Hospimédia   JOL Press   L'autre Info Argenteuil   L'Echo Régional   L'Express   l'Humanité   L'Opinion   la Croix   La gazette   La Lettre d'Alain Leikine    La Lettre de Georges Mothron   La Manif pour Tous   La Tribune d'Argenteuil   Le Canard Enchainé   Le courrier de l'Atlas   Le Figaro   Le Huffington Post   le JDD   Le Monde   Le Parisien   Le Point   Le Post   Les Echos   Les Observateurs (CH)   Légitimes Dépenses Argenteuil   Libération   Lutte Ouvrière   Mairie d'Argenteuil   Marianne   Medias-presse-infos   Metro   Modem Argenteuil   Mooslym   Mouvement Démocrate du Val d'Oise   Nations Presse Info   Nos Députés   Nouvel Obs   Observatoire de l'Islamisation   Observatoire de la Laïcité du Val d'Oise   Parti Communiste Argenteuil   Parti de la France 95   Parti Libéral Démocrate   Parti Socialiste   PCD du Val d'Oise   Petit-Marly 95100 Argenteuil   Planet.fr   Public Sénat   Rebelles.info   Résistance Républicaine   Riposte Laïque   RMC - Les Grandes Gueules   RMC Info   RTL.fr   Rue89   Saphir News   Socialistes d'Argenteuil   Telif   TF1   Théatre 95   Trinton95's Blog   UDI Val d'Oise   Un regard sur Argenteuil   Valeurs Actuelles   VOnews   YouTube  

Articles publiés dans JOL Press

Il y a 3 articles dans cette rubrique.
18/11/2013
logoJolPress.pngPourquoi - et comment - les banlieues résistent-elles au FN
Source

Un sondage IFOP pour JOL Press sur le climat politique à Argenteuil à cinq mois des élections municipales révélait cette semaine qu’avec 15% des intentions de voix, le Front National ne semblait pas se diriger vers une percée comparable à ce qui devrait se produire dans certaines communes du Sud de la France, mais aussi du Nord ou de l'Est. Ce résultat est-il surprenant ? Eléments de réponse avec Erwan Lecœur, sociologue et politologue spécialiste de l’extrême droite. Entretien.
Assisterons-nous, dans la banlieue parisienne – l’ex-ceinture rouge – à cette poussée du Front national que, sur la base des scrutins partiels de ces derniers mois, nous promettent certains observateurs ? Lors de la présidentielle 2012, Marine Le Pen avait recueilli 14,8% des voix à Argenteuil et selon un sondage IFOP pour JOL Press, publié cette semaine, sur le climat politique à Argenteuil à cinq mois des élections municipales, le FN ne recueillerait que 15% des intentions de vote. Surprenant ? Pas vraiment, selon Erwan Lecœur, sociologue et politologue spécialiste de l’extrême droite.

JOL Press : Selon un sondage que nous avons réalisé avec l'Ifop, cette semaine, le FN recueillerait 15% des voix, à Argenteuil. Cela vous surprend-il ?

Erwan Lecœur : Non pas vraiment. Le Front national a beaucoup varié dans l’ensemble des « banlieues française » mais le grand mouvement général c’est que le FN baisse plutôt dans les villes et dans les banlieues proches – Argenteuil peut être considérée comme une banlieue proche de Paris – mais commence à augmenter dans les banlieues très éloignées des villes, à plus de 30 kms, dans les zones qu’on appelle péri-urbaines.
Le FN croît dans les zones qui se sentent à l’écart, dans une France qui se sent abandonnée par les centre-ville, des villes où les habitants se perçoivent comme ce qu’on appelle des « petits blancs » en sociologie, des gens qui veulent rénover leur honneur ethnique ou retrouver une place dans l’échelle sociale et qui ont l’impression de ne plus avoir accès aux services publics. C’est cette France-là qui constitue le cœur de cible du FN mais aussi son électorat grandissant. Que les banlieues ne votent pas massivement pour le FN n’a donc rien d’étonnant.

JOL Press : Le FN n’a-t-il donc aucune ambition vis-à-vis des banlieues ? La précarité de ses habitants n’est-elle pas une cible idéale ?

Erwan Lecœur : On s’est beaucoup trompé sur le vote FN. Les électeurs du Front national ne sont pas des gens qui manquent d’argent, contrairement à ce que l’on pense. Le vote FN est le vote de ceux qui ont peur de manquer. La majorité de l’électorat FN n’est pas très riche, c’est vrai,  mais manque surtout d’éléments d’analyse de ce qu’est la mondialisation et a peur de l’avenir.
Le vote que le FN veut conquérir c’est le vote des classes moyennes qui ont peur de perdre leur statut de classe moyenne. Et ce n’est pas dans les banlieues que se recrutent ces gens-là. C’était peut-être le cas il y a encore 20 ans quand on trouvait dans les banlieues de très beaux appartements. Mais ces habitants-là ont quitté la banlieue et se retrouvent, aujourd’hui, très éloignés des centre-ville, dans des villes pavillonnaires, où il n’y a pas de services publics et pas de transport. Ce sont ces classes moyennes, écartées des centres, qui sont les plus à même de voter FN.
Ce ne sont donc pas les banlieues, en tant que telles, qui sont les « terrains de jeux » pour le Front national. Les banlieues ont d’autres problèmes à régler que les problèmes d’identité. Le risque des banlieues c’est plutôt qu’elles ne votent pas.

JOL Press : Une grande partie des banlieues nord ont été, pendant de nombreuses années, dirigées par des communistes. Cet électorat, anciennement communiste, pourrait-il se tourner vers Marine Le Pen ?

Erwan Lecœur : Sur ce phénomène, il y a eu beaucoup de raccourcis. Qu’un grand nombre d’électeurs anciennement communistes vote désormais Front national n’a jamais été démontré, sauf à la marge. En termes politologiques, ce n’est pas un phénomène massif. On a constaté, par contre, sociologiquement, que certains électeurs de gauche ont pu se tourner vers le FN. Mais c’est un vote logique, étant donné que les parents votaient à gauche et les enfants n’ont jamais voté, sauf une fois où ils ont choisi le FN. On prend des lieux, des espaces, et on en tire la conclusion que des gens ont changé de vote. Ce n’est pas vrai.
Les anciennes villes rouges ne sont plus rouges car ce ne sont plus les mêmes personnes qui y habitent. Les jeunes employés qui ont remplacé les ouvriers n’ont pas du tout la même trajectoire sociologique que les ouvriers. Ils n’ont jamais voté communistes. Mais c’est le même territoire. Il y a des endroits où, anciennement, le communisme municipal était fort et où, aujourd’hui, le vote Front national est fort. C’est aussi le passage d’une génération à une autre, ce ne sont pas que des anciens communistes qui votent Front national, c’est très rarement le cas. Les anciens communistes soit votent encore communiste ou Front de gauche, soit s’abstiennent.
Là où votre question est assez juste c’est que le FN essaie de faire croire qu’il va remplacer le communisme municipal. C’est leur stratégie. Le FN est le seul parti en France qui est construit exactement sur le modèle du Parti communiste des années 20. L’organisation extrêmement autoritaire de PC est une source d’inspiration pour le FN, alors que –faut-il le rappeler ? – le Front national était, dans les années 70 et 80 anti-communiste avant tout. Il y a dans cette haine du PC, une forme d’attirance phénoménale pour la réussite du communisme dans les années 50, en terme politique. Le rêve de Marine Le Pen c’est de réussir à s’implanter comme l’ont fait, à l’époque, les communistes, dans certaines municipalités.

JOL Press : Dans les banlieues, le FN va-t-il donc servir de variable d’ajustement ? Qui vote FN en banlieue aujourd’hui ?

Erwan Lecœur : Tout dépend de ce que l’on appelle les banlieues.  Le terme générique ne convient pas parce qu’il existe différentes sortes d’espaces sociologiques et donc politiques. Ce que l’on peut voir, quand même, c’est que le Front national ne pourra absolument pas espérer emporter des villes de banlieue. Il est extrêmement minoritaire dans presque toutes les banlieues, sauf dans certains espaces péri-urbains.
Dans les banlieues plus traditionnelles, autour des grandes villes de France,  ce que le FN peut espérer c’est non pas de jouer à la variable d’ajustement, mais de jouer un rôle de petit arbitre. En fonction des soutiens qu’il choisira de faire, au second tour, il pourra faire basculer certaines villes de banlieues à droite. Son principal objectif sera de peser de 10 à 15% dans les banlieues afin de pouvoir, après négociation, faire basculer la ville de la gauche vers la droite.
Enfin, il ne faut jamais oublier que le Front national peut bénéficier, au moment des municipales, de tous les troubles qui pourraient exister dans ces banlieues. Depuis quelques mois courent des rumeurs extrêmement préoccupantes, rumeurs selon lesquelles des maires auraient accueilli des populations noires venues de Seine-Saint-Denis en échange d'argent. Je n’ai aucun doute sur le fait que ces rumeurs aient été lancées par des proches ou des membres du FN, dans une stratégie de tensions extrêmes, pour faire monter le sentiment d’insécurité dans beaucoup de villes de France. S’il y avait des troubles dans les banlieues ces prochains mois, il ne faudrait pas oublier de regarder à qui profite le crime.

Propos recueillis par Marine Tertrais pour JOL Press


[...]
Municipales 2014
Ajouter un commentaire | Voir les 4 commentaires

14/11/2013
logoJolPress.pngMunicipales à Argenteuil: Philippe Doucet et Georges Mothron dans les starting-blocks
Source

A l'occasion de la publication d'un sondage IFOP pour JOL Press, sur le climat politique à Argenteuil à cinq mois des élections municipales, nous avons choisi de confronter les positions des deux principaux candidats au scrutin de mars 2014 : Philippe Doucet, député PS de la 5e circonscription du Val-d'Oise, le maire sortant, et Georges Mothron, maire d'Argenteuil de 2001 à 2008 et vice-président du Conseil général du Val-d'Oise. Entretiens croisés.
Les réponses des deux candidats ont été recueillies séparément le mardi 12 novembre.

JOL Press : Dans quel état d’esprit abordez-vous cette campagne ?

Philippe Doucet : Je suis serein. Nous avons un bilan, nous allons partir à la rencontre des Argenteuillais. Je n’ai pas encore démarré ma campagne, je suis maire jusqu’à fin mars et nous avons encore un conseil municipal. La campagne sera longue, nous allons échanger avec les habitants d’Argenteuil pour construire l’avenir.

Georges Mothron : Je suis natif d’Argenteuil et j’ai toujours essayé de faire en sorte d’assurer le développement  de cette ville, en particulier pendant mon mandat de maire de 2001 à 2008, et c’est ce que je compte refaire à partir de 2014.

JOL Press : Quels sont, selon vous, les principaux enjeux de la campagne ?

Philippe Doucet : Il y aura plusieurs composantes dans cette campagne. Les Argenteuillais ont-ils envie de continuer le redressement de la ville et son développement tel que nous l’avons entrepris depuis 2008 ou souhaitent-ils retomber dans l’état d’inertie et de stagnation dans laquelle la ville était auparavant ? Il est là le sujet de fond de la campagne. A-t-on envie de continuer dans une logique de rénovation de la ville afin qu’Argenteuil prenne toute sa place en Ile-de-France ? C’est à cette question que les Argenteuillais devront répondre.

Georges Mothron : Le principal enjeu, à mon avis, c’est de trouver des réponses à la jeunesse qui reste au bord de la route. Il faut trouver des solutions mais surtout un fléchage visible, par tout le monde, pour aller vers de la formation ou de l’emploi. Je connais un certain nombre d’entreprises qui recherchent des employés, pas forcément spécialisés, et des jeunes qui recherchent du travail. Il faut simplifier les démarches et permettre à l’offre de rencontrer la demande. Il faut surtout qu’on puisse leur donner accès à de meilleures formations qui leur apportent compétences et qualifications.
Aujourd’hui, un jeune qui cherche du travail se retrouve en face d’une série de guichets qui se transmettent les dossiers mais n’apportent aucune offre concrète. Les jeunes se découragent et renoncent à aller plus loin dans leurs recherches.

JOL Press : Si vous ne deviez avoir qu’une seule priorité pour Argenteuil, quelle serait-elle ?

Philippe Doucet : Nous souhaitons qu’avec toutes ses rénovations, l’image de la ville change, et que ce changement permette aux Argenteuillais de trouver plus facilement du travail et aux investisseurs de s’y installer. Nous voulons que l’image de la ville corresponde à la richesse de sa réalité. Je pense par exemple au projet des berges de Seine : la reconquête des berges apporte une nouvelle qualité de vie et du développement économique. Ce projet sert la vie quotidienne des Argenteuillais, l’emploi et l’image de la ville.

Georges Mothron : Mes priorités, ce sont la jeunesse et l’équilibre financier. Quand j’étais maire, les jeunes avaient accès à un bureau d’information, un guichet unique en mairie, qui, malheureusement, a été supprimé en 2008, après qu’on ait perdu la ville d’Argenteuil.

JOL Press : Considérez-vous les élections municipales comme des élections locales ou nationales ? Pensez-vous que l’impopularité de l’exécutif au niveau national puisse jouer dans ce scrutin ?

Philippe Doucet : J’espère et je souhaite que les électeurs prennent en compte les enjeux locaux. Quand on élit un maire pour six ans, avec une équipe municipale, c’est autour d’un projet qui va avoir beaucoup d’impacts sur la situation des Argenteuillais. Les Français auront d’autres rendez-vous avec le président de la République et le gouvernement pour leur faire part de leur mécontentement. Lors de municipales, l’enjeu est local.
Il ne faut pas oublier que le pouvoir d’un maire dans une ville comme Argenteuil est important. Le maire peut changer la vie des gens. Mais je pense que les électeurs sauront faire la part des choses, ils savent que c’est la mairie qui gère les crèches, les espaces verts, l’équilibre de la ville, les transports ou encore l’emploi local.

Georges Mothron : Les municipales sont des élections vraiment locales, je pense que l’impopularité de l’exécutif va jouer à la marge. Mon adversaire, le maire sortant, député depuis l’année dernière, apparaissait sur ses affiches de campagne aux côtés de François Hollande, je ne suis pas sûr que qu’il s’affiche à nouveau à ses côtés pour la campagne des municipales. Je pense, malgré tout, que 90% des électeurs votent en fonction d’un constat local.

JOL Press : Craignez-vous une montée du FN à Argenteuil ?

Philippe Doucet : Les Argenteuillais doivent comprendre que le vote FN ne sert pas à grand’ chose, ce n’est pas un vote qui travaille pour Argenteuil. Il est évident que la montée du FN trouvera, dans notre ville, un écho, car les débats nationaux ont une résonnance ici. Mais je ne crois pas à la progression fulgurante du FN à Argenteuil.

Georges Mothron : En 1998, le FN faisait 22,5% aux élections régionales sur Argenteuil. Depuis, le Front national n’a jamais dépassé les 15%. En 2001, lorsque j’ai gagné la municipalité, le FN avait récolté 14% au 1er tour. Depuis, aucune percée n’a été constatée. Je ne suis pas très informé sur leur stratégie, mais, pour l’instant, seules 15 communes du Val d’Oise ont des têtes de liste Front national, il n’y en a pas à Argenteuil. En 2001, nous avons été élus, après 67 ans de mairie communiste, au 2nd tour, en triangulaire, avec un peu plus de 51% des voix, le FN est passé de 14% au 1er tour à 7% au second. Cette fois-ci, je ne sais toujours pas s’il y aura une liste ou pas.
Nous avons vu, lors des dernières législatives, que le vote Front National captait aussi bien des voix initialement de gauche que des voix initialement de droite. Le FN ne portera pas davantage préjudice à mon adversaire qu’à moi-même.


[...]
Tags : Georges Mothron Philippe Doucet Municipales 2014
Ajouter un commentaire | Voir les 5 commentaires

13/11/2013
logoJolPress.pngMunicipales 2014 à Argenteuil: un duel PS-UMP ouvert, le FN en arbitre
Source

Dans cinq mois, les dimanches 23 et 30 mars 2014, les électrices et électeurs se rendront aux urnes, dans les 36 000 communes de France, pour renouveler leurs élus municipaux, choisir leurs maires. Ces municipales 2014 constitueront le premier rendez-vous d’une longue séquence électorale qui se poursuivra avec les européennes fin mai, des régionales et départementales en 2015, des primaires à droite et au centre en 2016 et aboutira au double rendez-vous majeur, présidentielle / législatives du printemps 2017…
Que ce calendrier du quinquennat soit respecté ou qu’il soit bouleversé dans des circonstances exceptionnelles, JOL Press entend être fortement présent sur le décryptage de l’actualité politique et c’est dans cet esprit que nous avons lancé, le mois dernier, le « + Politique », notre rubrique dédiée à la politique française.
Pour comprendre les enjeux des prochaines élections municipales, et envisager les conséquences politiques de ces scrutins, nous comptons vous proposer des coups de projecteur sur les situations spécifiques de certaines communes. Et pour ce premier rendez-vous, nous vous proposons de prendre la direction d’Argenteuil, au nord-est de Paris, à 20 km de Notre-Dame par la route…
Pourquoi le choix d’Argenteuil ?
Les municipales en banlieue… Les enjeux sont colossaux et révéleront l’état d’esprit de toute une France qui subit de plein fouet la crise économique, sociale et morale que traverse notre pays. Les municipales en banlieue parisienne, c’est aussi, à l’ombre du duel en féminin majeur qui oppose, pour le contrôle de l’Hôtel de Ville de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet et Anne Hidalgo, l’enjeu du contrôle de grosses municipalités aux budgets et aux administrations considérables et la recherche de solutions aussi innovantes que possibles à des difficultés tout aussi considérables.
Avec plus de 103 000 habitants, Argenteuil, sous-préfecture du Val d’Oise, est la troisième commune la plus peuplée d’Ile-de-France. De tradition ouvrière, avec une forte population d’origine immigrée, elle présente l’essentiel des problématiques caractéristiques de la proche banlieue parisienne.
Politiquement, le cas d’Argenteuil nous a semblé particulièrement intéressant. Après de longues décennies de gestion communiste, la municipalité a connu l’alternance à droite en 2001, puis à nouveau une alternance à gauche, cette fois-ci socialiste, à la faveur du dernier scrutin, en 2008. Cette année, en 2014, ce sont deux maires d’Argenteuil, le sortant – le socialiste Philippe Doucet – et son prédécesseur – l’UMP Georges Mothron – qui se retrouveront, de nouveau, face à face. 
Les municipales 2014 à Argenteuil seront une confrontation entre deux hommes et leurs équipes incarnant la majorité présidentielle et l’opposition parlementaire, avec, éventuellement, dans le rôle d’arbitre, un Front national, absent de l’élection de 2008 mais qualifié pour la triangulaire du second tour en 2001.

Nos interrogations :

  • Les difficultés que traverse l’exécutif au niveau national pèsera-t-il sur le résultat ou s’agira-t-il, avant tout, d’un scrutin aux enjeux locaux ?
  • Quels seront les enjeux de la campagne à venir ?
  • Assisterons-nous, jusque dans la banlieue parisienne – l’ex-ceinture rouge - à cette poussée du Front national que, sur la base des scrutins partiels de ces derniers mois, nous promettent certains observateurs ?

Ce sont les questions que nous nous sommes posées et pour lesquelles JOL Press a sollicité les services des experts de l’IFOP

 

[...]
Tags : Georges Mothron Philippe Doucet Municipales 2014
Ajouter un commentaire