Derniers commentaires reçus :
de FrédéricLN :
Bonjour, je découvre ce billet et ce mignon photomontage avec 3 ans de retard, m ... suite
de Arthur :
Le blog a rouvert mais il ne s'y passe rien ???? J'ai compris que le blog avait ... suite
de Jimmy75 :
Le blog a rouvert !! ... suite
de Jimmy75 :
Le blog a rouvert !! ... suite
de Jimmy75 :
Youpi !! C'est une bonne nouvelle ! ... suite
de Jimmy75 :
Youpi !! C'est une bonne nouvelle ! ... suite
de Marcel :
Vous cherchez du mal où il n'y en a pas, Triton. Sur le journal municipal, on a ... suite
de triton :
www.lefigaro.fr/vox/culture/2015/09/04/31006-20150904ARTFIG00401-boualem-sansal- ... suite
de triton :
En effet, cette dame est tout à fait setimable et parait sympathique. Son vêteme ... suite
de Marcel :
Désolée, Triton, ce n'est pas un voile islamique mais un simple turban. Cela ne ... suite
 
 
 
 

Ajouter un commentaire sur l'article 4997

Mardi 24 Octobre 2017

Avenue Gabriel-Péri, à Argenteuil. Un panneau de la ville indique la « reconstruction du kiosque à fleurs. Les travaux s’achèveront fin 2013. » Le montant de ce chantier, 250 000 €, précisé sur un précédent panneau d’information, a disparu depuis. Sujet épineux? « Bien sûr, réagit Xavier Péricat, conseiller municipal et général UMP. Ils ont enlevé la somme de ce chantier car ça a choqué beaucoup de gens ! ».
L’opposition s’agace de la réalisation de ce chantier. « C’est un investissement inutile, indécent au regard de tous les Argenteuillais qui en ont marre du matraquage fiscal », souffle Xavier Péricat. Selon lui, l’ancien kiosque remplissait sa fonction, il n’était pas « nécessaire de le déplacer de 50 cm et de payer le quart d’un million d’euros ». « C’est pire que dans le XVIe arrondissement de Paris », ironise-t-il.
Côté municipalité, on ne comprend pas la polémique. Si elle a décidé la reconstruction du kiosque à fleurs, c’est pour « continuer la rénovation du centre-ville et en faire un endroit attractif ». Ce projet comprend « la démolition et reconstruction du kiosque pour un montant de 50 000 €, la mise en conformité des réseaux à 30 000 €, les travaux du trottoir à 150 000 € et le remplacement du mobilier urbain, comme les bancs, les poteaux, les barrières…, pour un montant de 20 000 € », précise-t-on dans l’entourage du maire (PS) Philippe Doucet. Cela participe à la « poursuite de la redynamisation commerciale du centre-ville avec des commerces de proximité, de qualité, pour tous », insiste la ville.
Pour Xavier Péricat, c’est aussi là que le bât blesse. « Argenteuil ne se limite pas au centre-ville, peste-t-il. Quand on vit au Val-Notre-Dame ou ailleurs, nous n’avons pas le droit aux nouveaux commerces ou aux travaux de la voirie. Avec ce kiosque à fleurs, nous sommes dans l’indécence totale. »

 
Votre prénom ou pseudo  * 
Votre email  * (confidentiel) 
Votre ville  * 
Votre commentaire :
Recopiez le code ci-dessous:
Champ obligatoire

Selon l'artcle 34 de la loi informatique et liberté du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Pour exercer ce droit, contactez .
Nous vous rappelons que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez. Votre adresse IP (54.81.131.189) sera archivée.