Derniers commentaires reçus :
de FrédéricLN :
Bonjour, je découvre ce billet et ce mignon photomontage avec 3 ans de retard, m ... suite
de Arthur :
Le blog a rouvert mais il ne s'y passe rien ???? J'ai compris que le blog avait ... suite
de Jimmy75 :
Le blog a rouvert !! ... suite
de Jimmy75 :
Le blog a rouvert !! ... suite
de Jimmy75 :
Youpi !! C'est une bonne nouvelle ! ... suite
de Jimmy75 :
Youpi !! C'est une bonne nouvelle ! ... suite
de Marcel :
Vous cherchez du mal où il n'y en a pas, Triton. Sur le journal municipal, on a ... suite
de triton :
www.lefigaro.fr/vox/culture/2015/09/04/31006-20150904ARTFIG00401-boualem-sansal- ... suite
de triton :
En effet, cette dame est tout à fait setimable et parait sympathique. Son vêteme ... suite
de Marcel :
Désolée, Triton, ce n'est pas un voile islamique mais un simple turban. Cela ne ... suite
 
 
 
 

Article N° 5379

01/05/2014
logo_nouvel_obs.pngLe 1er mai, muguet et fête du travail : pourquoi il faut mettre du vert à la boutonnière
Source

La fête du 1er mai a une histoire bien plus ancienne qu'il n’y paraît. Elle est en quelque sorte le pendant printanier de la nuit d’Halloween (anciennement « Samain »). Cette fête de « Belteine » a elle aussi des origines celtes. Elle célébrait l’ouverture de la saison chaude, tandis que Samain ouvrait la saison froide. Lors de ces nuits magiques et dangereuses, le monde des morts se confondait avec celui des vivants.
En Suède ou en Finlande, pour cette nuit de Walpurgis (le nom actuel de Belteine), les fillettes se déguisent encore en petites sorcières aux joues rouges avec des foulards fleuris et font du porte à porte dans l’espoir de récolter des friandises. Tout comme Noël, le carnaval et les fêtes de Pâques, le 1er Mai est un moment de passage marqué par des quêtes enfantines.
Aujourd’hui, un grand nombre des coutumes se sont entremêlées avec le temps. Mais quelles que soient les traditions du 1er mai, elles ont en commun de mettre à l’honneur la végétation.
Dans de nombreuses régions, en Alsace et en Franche-Comté par exemple, un rituel bien répandu consistait à « poser le mai » devant la porte des jeunes filles à marier qui trouvaient au petit matin un arbre ou une simple branche placée près de leurs maisons par les jeunes gens.
Chaque branche déposée avait une signification bien particulière. Ainsi, si une jeune femme recevait une branche de charme, cela signifiait qu’elle était « charmante » ; une branche d’aubépine indiquait qu’elle avait du « caractère ». En revanche, si elle retrouvait du cerisier devant sa porte, cela voulait dire qu’elle était « volage ».
Pour éviter les commérages, il arrivait aux mères de décrocher les branches injurieuses visant leur fille, avant le lever du jour !
Le mai collectif est un arbre provisoirement planté sur la place du village (souvent un bouleau), que les jeunes gens décorent de rubans, d’une couronne de verdure et de fleurs en papier crépon en l’honneur des jeunes filles de leur âge.
Cette coutume a disparu dans les années 1950/1960 notamment avec l’exode rural et la disparition de certaines traditions villageoises.
Le brin de muguet est venu autrement. Dans divers pays d’Europe, on a gardé longtemps l’habitude d’offrir des fleurs coupées à partir du 23 avril, jour de la Saint Georges, fête en relation avec le travail de la terre (« Georgios » signifiant « celui qui travaille la terre » en grec).
Parce qu’il sent bon, qu’il se compose de clochettes (les cloches ont toujours été reliées à la chance) et qu’il était relativement rare dans les sous-bois, le muguet s’est progressivement imposé comme la végétation porte-bonheur.
Cette fleur n’est pas dénuée d’histoire. En 1560, le chevalier Louis de Girard offre à Charles IX, visitant la Drôme, un brin de muguet. Charmé, le roi aurait repris ce geste pour offrir chaque année du muguet aux dames de la cour. C’était à la fois un porte-bonheur et un signe de courtoisie.
Après les émeutes sanglantes de Chicago en 1888 pour l’obtention de la journée de huit heures, le parti American Federation of Labour décide une grève internationale en 1890. La date est prise : le 1er mai, jour de la fête de diverses corporations.
Cette journée va devenir dévouée aux revendications syndicales dans les pays industrialisé. En France, le président Vincent Auriol en fera un jour chômé en 1947.
Les ouvriers avaient pris l’habitude de mettre à leur boutonnière une fleur d’églantine à l’occasion du 1er mai. Cette idée de porter de la verdure au XIIIe siècle. Il était primordial de ne pas être vu « sans verd » sur soi lors des premiers jours de mai. Ce qui a donné l’expression « être pris sans vert », c’est-à-dire au dépourvu.
La fortune du muguet étant liée au 1er mai, les ouvriers ont décidé en 1907 de s’en emparer. Désormais, ils porteraient le muguet à la boutonnière.
Comme la Saint-Valentin, la célébration du 1er mai, encouragée par les fleuristes, est entrée dans nos habitudes pour des raisons commerciales.
Il faut savoir que tout le monde de a le droit de vendre des brins de muguet. Il suffit pour cela d’être à 40 mètres d’un fleuriste. Le muguet est devenu un vrai commerce : près de Nantes notamment, des horticulteurs se sont spécialisés dans son exploitation et sa vente.
En tout cas, une chose est sûre : parce qu’il est porte bonheur et, qu’il symbolise si joliment l’arrivée du printemps, le brin de muguet n’est pas prêt de disparaître et a encore de beaux jours devant lui.


[...]
Cérémonies - Commémorations
Ajouter un commentaire | Voir les 13 commentaires

Commentaires

Le 02/05/2014 à 09:09:12 par Marianne à argenteuil
 Comme il est sympathique de lire sur ce site un article qui ne soit pas un règlement de compte entre anti-Doucet et pro-Doucet (cette population est en voie de disparition !)
Puis-je y apporter quelques suppléments bien modestes ?
Le premier mai, c'est aussi la fête du muguet, initialement cueilli en forêt. Il n'y en a plus beaucoup en forêt...
C'est un porte-bonheur, car c'est la fleur qui symbolise le bonheur. 
Le bonheur des.....fleuristes, mais aussi le bonheur du Parti Communiste !
Pour le PCF, qui encourage toujours ses militants à vendre les clochettes blanches, cela représente une source importante de revenus qui avoisinerait 500 000 à 600 000 euros par an.
Mais c'est aussi la fête du travail !

En 1890, lors du premier mai, les manifestants portent un petit triangle rouge, symbole de la division de la journée de travail en "trois huit " : travail, sommeil, loisirs.

Plus tard, ils fleuriront leurs boutonnières d'églantines, symbole de la foi en la Révolution et fleur traditionnelle du nord de la France (d'où le surnom donné aux socialistes vers 1900 : les églantinards).

1907, lors du 1er mai,  le muguet, fleur traditionnelle de l'Ile-de-France (Chaville, Meudon), apparaît.(rappelez-vous, pour les anciens, la chanson écrite par Pierre Destailles "tout ça parce qu'au bois de Chaville, y avait du muguet". 

1936, au 1er mai, on vend des bouquets de muguet cravatés de rouge. 

Et maintenant, on défile, sous des bannières beaucoup moins poétiques et avec des slogans qui n'ont plus à rien à voir avec la poésie du début des processions.


 

Commenter
Le 02/05/2014 à 19:41:27 par triton à argenteuil
youtu.be/opdkZ_BWIuY

queques images de la fête du 1er mai à Argenteuil

Commenter
Le 03/05/2014 à 00:52:31 par Alain à Argenteuil
A Argenteuil, le 1er mai ce fût la fête des canotiers lors de la mandature Mothron de 2001 à 2008, avant j'ignore s'il y avait ou non une fête ce jour là, d'autres me commenteront certainement à ce sujet. Puis durant la mandature Doucet, le titre changea pour la fête des berges et la RD311 fut interdite à la circulation (là encore je pense que çà n'existait pas avant) engendrant la veille du 1er mai des embouteillage dingues dans la ville : bruit, pollution, agressivité ...
Perso, j'aimerai bien que cette fête rappelle nos traditions : la valeur du travail, la valeur et la dignité humaine, le début de la belle saison et l'espoir du renouveau.
Je propose un nouveau nom : Argenteuil fête le travail, et un peu moins de falbalas, d'emprise routière et de nuisance et ce sera parfait.


Commenter
Le 03/05/2014 à 10:11:27 par Vu sur FB à Argenteuil
Argenteuil Comité des Fêtes
Petit rappel historique de la Fête des Berges,elle a été impulsée par le Comité des Fêtes,l'Office Municipal des Sports et le Comité de Jumelage pour le passage de l'an 2000.
Cette réflexion à l'origine a été dès 1999 par une déclinaison des différentes orthographe du mot Seine, Senne ,Saine, Scène.
N'ayant pas de suivi, le 14 Février 2000 Bal de la St Valentin et débat lors de cette soirée avec Mr Jeudi, nous rencontrions dès le lundi 16 Février Mr Roger Ouvrard (Maire) pour présenter notre projet.
En conclusion de cette rencontre après un long débat sur la faisabilité de cet événement du fait du peu de temps qu'il restait pour le mettre en place, la Fête était lancée.
Rappelez-vous amis bénévoles, nous avons nettoyé les Berges de ses détritus et cadavres de différents animaux, il y avait que deux buvettes, l'aviron du C.O.M.A, les chiens de sauvetages en mer qui sautaient du pont et nageaient à contre courant.
Cette grande palette de costumes d'époque de la Société Riboulding nous en comptions plus de 150 pour réaliser cette fresque historique.
Nous étions sur 2 espaces, la base d'aviron, et le parking Jean Vilar, de nombreux stands entouraient le parquets de danse où les démonstrations avaient lieu.
L'Académie Argenteuliene avec son concours de tableaux réservés aux novices.

Commenter
Le 03/05/2014 à 14:18:53 par Aline à Argenteuil
 On a envie de l'odeur des gaufres, de pommes d'amour, de barbe à papa, de piccolo d'Argenteuil, de jeux tout simples, et pas d'odeurs de merguez.
Autre temps, autres mœurs...
En matière de guinguette, on a une sorte de baraque !
Où sont Renoir et les Impressionistes dont se gargarisait le maire déchu ? Dans la mémoire de certains.
Commenter
Le 03/05/2014 à 16:34:43 par triton à argenteuil
triton95.wordpress.com/2014/05/03/parcs-dargenteuil/

Muguet ou pas muguet, Argenteuil possède des parcs dont le charme est à redécouvrir.

Commenter
Le 03/05/2014 à 17:03:29 par Aline à Argenteuil
 Vous oubliez les jardins de l'Abbaye, toujours pas ouverts, toujours pas payés, mais inaugurés le 2 mars juste avant les élections !
Commenter
Le 03/05/2014 à 18:38:08 par triton à argenteuil
www.youtube.com/watch

oh, non, c'est un jardin extraordinaire que le monde entier nous envie !

Commenter
Le 03/05/2014 à 19:23:29 par Maurice à Argenteuil
 Je ne sais pas si vous connaissez le prix de ce jardin, qui n'est toujours pas payé et qui va encore grever le budget de la mairie, et on n'avait pas besoin de ça. Ajoutez-y le prix du centre nautique et vous comprendrez pourquoi  les finances municipales sont négatives.
Quand on n'a pas les moyens, on ne se lance pas dans de tels chantiers.
Même pour le prestige personnel du maire sortant.
Commenter
Le 03/05/2014 à 19:44:17 par triton à argenteuil
c'est un prix entre 7 et 8 meuros, mais qui ne grève pas le budget de la précédente municipalité, pour la bonne raison comptable qu'il n'est pas imputé sur les exercices 2008-2013 d'après ce que je lis sur ce site.

Commenter
Le 04/05/2014 à 09:16:57 par Chandelle à Argenteuil
 Bien sûr que cela ne figure pas au budget 2008-2013 puisque le maire l'a "refilé" à son successeur, en ne le provisionnant pas. Le budget 2014 était....suspendu à la réélection de Philippe Doucet.
il n'a pas été réélu, et c'est un cadeau empoisonné.
Quand j'étais petit, on disait "chandelle" en posant un mouchoir derrière son voisin. Mais là, ce n'est pas une chandelle mais une bombe à retardement.
Commenter
Le 04/05/2014 à 11:02:44 par Blanche Neige à Argenteuil
Le bilan de Doucet est tout simplement CATASTROPHIQUE. Après la dette "officielle" nous découvrons que des opérations déjà réalisées doivent être payées avec le budget 2014. Comment peut on faire réaliser des travaux sans inscription budgétaire préalable et sans avoir passé une délibération les autorisant?
Mr Bénédic a beau nous expliquer qu'il existe des Autorisation de Programme associées à des Crédits de Paiement mais encore fallait-il prendre les délibérations appropriées et annoncer cette volonté en conseil municipal dès 2013.
Le cabinet d'audit précise qu'après le mandat de Doucet la durée d'étalement de la dette Argenteuillaise est passée de 15 ans à une durée devenue incalculable. (155 ans à la lecture du document présenté)
Les emprunts dits "toxiques" ont été renégociés en considérant une situation la moins avantageuse possible pour la Collectivité. Il aurait été plus judicieux de les laisser tels quels. Le cabinet de conseil n'avait d'ailleurs pas préconisé cette solution (j'étais enchantée d'entendre cela lors de la présentation de Mr Klopfer). Cette solution de renégociation a pourtant été retenue à des fins d'affichage politique et partisanes.
Le DGS qui a piloté cette banqueroutte a préféré se faire licencier par Doucet moyennant un chèque de plus de 30K€ (annonce faite lors du dernier CM) et pour aller se réfugier à l'Agglomération. (avec bien évidemment un salaire conséquent)
Il attend probablement la dissolution de l'Agglomération pour à nouveau toucher une prime complémentaire. Ceci dit, en un seul mandat, cette équipe a tout de même réussi à contracter sur la seule Agglomération 100M€ de dettes.
Que dire aussi des avantages divers (voiture, logement de fonction, logement rembousé.....) distribués à certains collaborateurs (qui se sont réfugiés à l'agglomération)? Pendant que d'autres contractuels se font tout simplement licencier au motif d'économies. (aussi bien à la Ville qu'à l'Agglomération)
Et Mr Bénédic ose nous tenir le discours de la politique publique mise en oeuvre pour garantir la qualité du service public! (Les agents licenciés apprécieront)
Voilà à quoi la politique menée par Philippe Doucet nous conduit. (Des agents "méritants" sur-payés à l'Agglomération et d'autres sacrifiés au motif d'économies budgétaires).



Commenter
Le 04/05/2014 à 19:14:30 par triton à argenteuil
www.leparisien.fr/espace-premium/val-d-oise-95/deux-enfants-hospitalises-apres-avoir-mange-au-fast-food-03-05-2014-3811565.php

je n'ai pas réussi à en savoir plus, personne d'autre n'en parle, et le quick semble ouvert comme d'habitude, ce qui semble montrer que ce n'est pas si grâve ?

Commenter