Derniers commentaires reçus :
de FrédéricLN :
Bonjour, je découvre ce billet et ce mignon photomontage avec 3 ans de retard, m ... suite
de Arthur :
Le blog a rouvert mais il ne s'y passe rien ???? J'ai compris que le blog avait ... suite
de Jimmy75 :
Le blog a rouvert !! ... suite
de Jimmy75 :
Le blog a rouvert !! ... suite
de Jimmy75 :
Youpi !! C'est une bonne nouvelle ! ... suite
de Jimmy75 :
Youpi !! C'est une bonne nouvelle ! ... suite
de Marcel :
Vous cherchez du mal où il n'y en a pas, Triton. Sur le journal municipal, on a ... suite
de triton :
www.lefigaro.fr/vox/culture/2015/09/04/31006-20150904ARTFIG00401-boualem-sansal- ... suite
de triton :
En effet, cette dame est tout à fait setimable et parait sympathique. Son vêteme ... suite
de Marcel :
Désolée, Triton, ce n'est pas un voile islamique mais un simple turban. Cela ne ... suite
 
 
 
 

Ajouter un commentaire sur l'article 4689

Lundi 21 Septembre 2020

Des employés de l’ancienne structure chargée de l’insertion des jeunes n’ont pas été réintégrés et ne peuvent pas, non plus, être licenciés.
Plus de six mois après sa dissolution, la mission intercommunale jeunesse (MIJ) d’Argenteuil-Bezons fait encore parler d’elle. Huit de ses anciens salariés sont aujourd’hui sur le carreau, sans poste et surtout sans indemnité. Une situation ubuesque que personne n’arrive à démêler.

Rappel : début janvier, le groupement d’intérêt public (GIP) qui gérait la MIJ est dissous. Quinze des vingt-cinq salariés sont reclassés dans une nouvelle structure propre à l’agglomération d’Argenteuil-Bezons (CAAB) et dans d’autres missions locales, à Franconville et à Deuil.

Las, huit employés restent, à ce jour, sans affectation… La suite, à lire dans l’Écho, le Régional de cette semaine.

 
Votre prénom ou pseudo  * 
Votre email  * (confidentiel) 
Votre ville  * 
Votre commentaire :
Recopiez le code ci-dessous:
Champ obligatoire

Selon l'artcle 34 de la loi informatique et liberté du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Pour exercer ce droit, contactez .
Nous vous rappelons que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez. Votre adresse IP (3.237.94.109) sera archivée.