Derniers commentaires reçus :
de FrédéricLN :
Bonjour, je découvre ce billet et ce mignon photomontage avec 3 ans de retard, m ... suite
de Arthur :
Le blog a rouvert mais il ne s'y passe rien ???? J'ai compris que le blog avait ... suite
de Jimmy75 :
Le blog a rouvert !! ... suite
de Jimmy75 :
Le blog a rouvert !! ... suite
de Jimmy75 :
Youpi !! C'est une bonne nouvelle ! ... suite
de Jimmy75 :
Youpi !! C'est une bonne nouvelle ! ... suite
de Marcel :
Vous cherchez du mal où il n'y en a pas, Triton. Sur le journal municipal, on a ... suite
de triton :
www.lefigaro.fr/vox/culture/2015/09/04/31006-20150904ARTFIG00401-boualem-sansal- ... suite
de triton :
En effet, cette dame est tout à fait setimable et parait sympathique. Son vêteme ... suite
de Marcel :
Désolée, Triton, ce n'est pas un voile islamique mais un simple turban. Cela ne ... suite
 
 
 
 

Article N° 4818

18/09/2013
logo_leparisien.pngL’école qui offre des débouchés aux décrocheurs
Source

Michel Sapin a visité hier l’école de la deuxième chance d’Argenteuil. L’établissement affiche un taux de réussite au-dessus de la moyenne.
Argenteuil, hier. Michel Sapin (cravate bleue), ministre du Travail, accompagné notamment du maire (PS), Philippe Doucet (à gauche), et de Jean-Christophe Poulet, directeur des E2C Val-d’Oise (4e en partant de la gauche) a rencontré des jeunes décrocheurs. Ici, Anouar qui voudrait devenir éducateur sportif.
Chaque année, 800 élèves de moins de 16 ans désertent les bancs de l’école à Argenteuil. « Un chiffre qui reste stable mais à un niveau élevé », regrette Philippe Doucet, député-maire (PS) et président de l’agglomération Argenteuil-Bezons. Alors sur ce territoire, l’école de la deuxième chance (E2C), ouverte en mai 2009, a toute son importance.

Hier matin, le ministre du Travail, de l’Emploi et du Dialogue social, Michel Sapin, accompagné notamment du nouveau sous-préfet d’Argenteuil, Yves Rousset, s’est d’ailleurs rendu sur ce site où sont passés 1200 jeunes en cinq ans. Ici, le taux de sortie positive des stagiaires — comme ils sont appelés — est de 75%. « C’est supérieur à la moyenne nationale, qui est de 60%, et régionale, de 64% », précise Jean-Christophe Poulet, directeur des E2C Val-d’Oise, comprenant, outre celui d’Argenteuil, deux autres sites à Cergy et Sarcelles (et une antenne à Montigny-lès-Cormeilles). « C’est une école qui fonctionne bien », réagit le ministre, invité par Philippe Doucet.

.../...


[...]
Tags : Philippe Doucet Ecoles, Collèges et Lycées Municipales 2014 Emploi
Ajouter un commentaire | Voir les 4 commentaires

Commentaires

Le 18/09/2013 à 05:29:32 par Uniforme à Argenteuil
 Comme le souligne Argenteuil politique, le Ministre du Travail a une cravate bleue. C'est généralement l'uniforme des ministres, ils ont presque toujours une cravate bleue. Celle du Président, lors de sa dernière interview, était bleu de France (et droite).
Monsieur le Maire peut donc se l'accrocher (la cravate), puisqu'il a une cravate rayée.
Commenter
Le 18/09/2013 à 09:08:58 par Code du savoir-vivre à argenteuil
 A noter que les conseillers généraux étaient présents lors de la visite du Ministre du Travail à l'école de la deuxième chance, sur invitation de son Président.
Mais ils étaient absents dans la phase suivante de la visite, n'étant pas invités par le Maire.
Le code du savoir vivre ne semble pas être le livre de chevet de Philippe Doucet. Quelle incorrection de ne pas avoir invité les Conseillers généraux à ces manifestations, comme à beaucoup d'autres. Ainsi la cérémonie anniversaire de Salvador Allende, comme lors de la visite du Ministre. C'est un ministre de la République, ne l'oublions pas. 
Quand Manuel Valls est venu, pas d'invitation non plus au pot qui a suivi. Pourtant, il avait manifesté une certaine sympathie à l'encontre d'un Conseiller général qu'il avait connu quand il militait à Argenteuil.

  1.  

Commenter
Le 19/09/2013 à 09:50:49 par un peu d'histoire sur l'Ecole de la Deuxième chance à argenteuil
 C'était en Janvier 2008.
Après la Courneuve, Sevran, Paris et Marseille, l'école de la deuxième chance va s'installer à Argenteuil. Au début, cette école devait s'ouvrir dans des locaux de la communauté d'agglomération d'Argenteuil-Bezons et il s'agissait d'un partage du temps, 2/3 du temps école, 1/3 entreprise; puis une seconde étape répartie différemment, le budget de fonctionnement alimenté par le Conseil général; la région et le Fonds social européen.
Il faut rappeler les faits. C'est en 2007 que Martin Hirsch est venu au Conseil Général, et proné l'installation de ce type d'établissement destiné à accueillir des jeunes qui ont quitté le système scolaire sans diplôme pour leur donner une formation qualifiante, et les remettre à flot en leur facilitant l'exercice d'un emploi.
Des contacs avec Edith Cresson (alors président de la Fondation) et Olivier Jospin (ancien directeur de l'école de la deuxième chance) que Philippe Métezeau a rencontrés personnellement avec des membres du Conseil général ont eu lieu en 2007 et ils ont retenu le site d'Argenteuil comme première implantation.
Grâce à une impulsion forte du Conseil général, le Val d'oise a disposé depuis mai 2009 d'une école de la deuxième chance.
lI fallait que ce soit dit, car si la majorité a changé, c'est bien grâce à l'ancienne majorité que cette école existe. Il est donc particulièrement regrettable que le Maire "s'en serve" aujourd'hui comme tremplin électorai, sans même inviter les membres du Conseil Général, qui est le co-financeur.
Mais cela, les Argenteuillais commencent à s'y habituer.

 



Commenter
Le 19/09/2013 à 12:56:58 par philippe METEZEAU à argenteuil
 Je précise que j'ai été courtoisement et tout naturellement invité par le Pt de l'Ecole de la deuxième chance. Par contre, aucune invitation du Pt de la Mission locale (un certain philippe Doucet), objet de la suite de la visite. Je suis pourtant administrateur de la Mission locale...et même membre du Conseil national des missions locales (nommé par le 1er ministre). Mais M. Doucet ne s'embarrasse ni du protocole, ni de la courtoisie. Pour lui, tout est politique, tout est électoral, tout est communication. 
Mais que Monsieur Doucet se rassure: le Conseil général ne va pas reprendre les subventions promises par le Conseil général, et je vais même proposer demain au Conseil général une subvention pour la mission locale. Dont le Président m'ignore. Ou de quel côté sont l'humanisme, la démocratie, le respect du pluralisme politique ? 
Commenter