Derniers commentaires reçus :
de FrédéricLN :
Bonjour, je découvre ce billet et ce mignon photomontage avec 3 ans de retard, m ... suite
de Arthur :
Le blog a rouvert mais il ne s'y passe rien ???? J'ai compris que le blog avait ... suite
de Jimmy75 :
Le blog a rouvert !! ... suite
de Jimmy75 :
Le blog a rouvert !! ... suite
de Jimmy75 :
Youpi !! C'est une bonne nouvelle ! ... suite
de Jimmy75 :
Youpi !! C'est une bonne nouvelle ! ... suite
de Marcel :
Vous cherchez du mal où il n'y en a pas, Triton. Sur le journal municipal, on a ... suite
de triton :
www.lefigaro.fr/vox/culture/2015/09/04/31006-20150904ARTFIG00401-boualem-sansal- ... suite
de triton :
En effet, cette dame est tout à fait setimable et parait sympathique. Son vêteme ... suite
de Marcel :
Désolée, Triton, ce n'est pas un voile islamique mais un simple turban. Cela ne ... suite
 
 
 
 
Alain Crevau   Alain Leikine   Alain-Frédéric Fernandez   Ali Romdhane   Ali Soumaré   Alima Boumedienne-Thierry   Amir Réza Raeis Firouz   Anne Gellé   Arnaud Bazin   Assetou Berte   Aurélie Thomas   Axel Poniatowski   Benoît Clavel   Bernard Thibault   Bertrand Delanoë   Brice Hortefeux   Carl Lang   Cécile Dufflot   Cécile Sellier   Chantal Colin   Christian Blanc   Christine Bierre   Christine Boutin   Christine Robion   Christine Tasin   Christophe Borgel   Christophe Hénocq   Claude Bodin   Corine Lepage   Danièle Mothron   Didier Arnal   Dominique de Villepin   Dominique Lefebvre   Dominique Lesparre   Dominique Mariette   Eric Besson   Eric Fluck   Élisabeth Boyer   Fabien Bénédic   Fabrice David   Faouzi Lamdaoui   Fatima Amarir   Fleur Pellerin   Francis Delattre   Franck Debeaud   Franck Laroze   François Bayrou   François Delcombre   François Fillon   François Hollande   François Lamy    François Pupponi   François Scellier   Françoise Inghelaëre   Frédéric Lefebvre   Frédéric Lefebvre-Naré   Georges Mothron   Gérard Brochec   Gérard Sembille   Gérard Sébaoun   Gilles Savry   Guillaume Ouedraogo   Hamou Aguini   Hervé Collet   Hughes Portelli   Jean-Christophe Lagarde   Jean-Louis Borloo   Jean-Luc Mélenchon   Jean-Marc Ayrault   Jean-Michel Lemaire   Jean-Michel Ruiz   Jean-Paul Huchon   Jean-Pierre Enjalbert   Jean-Pierre Zolotareff   Jérôme Chartier   Joël Fournié   Kevin Moignoux   Laurence Marchand-Taillade   Linda Uzan   Madeleine Meunier-Quinsac   Manuel Valls   Marc Fesneau   Marie-Christine Jalladaud   Marie-France Fari   Marie-George Buffet   Marie-José Cayzac   Marine Le Pen   Martin Hirsch   Martine Aubry   Martine Rousseau   Michel Févry   Michel Montaldo   Michel Tétart   Michel Vampouille   Michel Verna   Micheline Bruna   Mickaël Camilleri   Mohamed Chanaï   Mouloud Bousselat   Nadia Metref   Najat Vallaud-Belkacem   Nasser Douidi   Nathalie Elimas   Nessrine Menahouara   Nicolas Bougeard   Nicolas Sarkozy   Olivier Besancenot   Olivier Régis   Olivier Sellier   Omar Slaouti   Pascale Dobigny   Patrice Crunil   Patrick Le Hyaric   Philippe Doucet   Philippe Houbert   Philippe Métézeau   Pierre Bruneau    Pierre Le Gall   Rachid Adda   Rachida Habri   Rama Yade   Renée Karcher   Réjane Doré   Richard Durbiano   Rizlaine Oujjat   Robert Daviot   Robert Hue   Robert Montdargent   Rodia Tété   Roger Ouvrard   Sabine Defrémont   Salah Bellouti   Ségolène Royal   Stéphanie Von Euw   Sylvain Bernagou   Valentin Teixeira   Valérie Pécresse   Vincent Peillon   Xavier Morin   Xavier Péricat   Yanick Paternotte   Yazid Zabeg   Zouber Sotbar  

Articles liés à Manuel Valls

Il y a 19 articles dans cette rubrique.
28/04/2014
logo_leparisien.pngPlan d'économies : la lettre de Manuel Valls aux députés PS
Source

« C’est un moment important. Déterminant même. C’est un moment de vérité. » Dans la lettre qu’il vient d’envoyer aux députés PS et que nous dévoilons, Manuel Valls n’y va pas par quatre chemins : tous les députés doivent voter demain à l’Assemblée nationale le texte sur les 50 milliards d‘euros d’économies d‘ici 2017.
Et le Premier ministre confronté à une fronde de députés qui rejettent ce plan de lâcher (un peu) de lest, notamment sur les petites retraites. « Je propose que tous les retraités qui perçoivent jusqu’à 1200 euros de pensions (tous régimes confondus) ne soient pas concernés par le report d’un an de revalorisation », écrit le Premier ministre pour qui 6,5 millions de personnes sont concernées.
Sur la mise en oeuvre du plan pauvreté, « j’ai décidé que la revalorisation exceptionnelle du RSA de 10% en 5 ans interviendra comme prévu le 1er septembre 2014 ».
Il fait aussi un geste en faveur des fonctionnaires les plus modestes. Le Premier ministre promet « en moyenne 440 euros de salaire net en plus dès l'an prochain pour 1,6 million d'agents ». Sur le gel du point d’indice des fonctionnaires jusqu’en 2017, vivement critiqué dans la fonction publique et les députés PS , Valls assure qu‘« il fera l’objet d’un réexamen chaque année au regard de la croissance et des résultats du redressement économique de notre pays ».
Même prudence quant à la feuille d’impôts des plus modestes : « Une mesure fiscale de soutien au pouvoir d’achat des ménages modestes sera prise pour application effective cette année », écrit Valls. Laquelle ? Réponse dans les prochains jours avec le projet de loi de finances rectificatif.

DOCUMENT. La lettre de Manuel Valls aux députés PS


[...]

Sur le même sujet :  L'appel pro-Valls du député (PS) Philippe Doucet

Entre les soutiens et les détracteurs du Premier ministre Manuel Valls, Philippe Doucet a choisi son camp au sein du Parti socialiste. Le député de la 5 e circonscription du Val-d'Oise fait partie des 21 parlementaires signataires d'un appel paru hier dans les colonnes du « Journal du dimanche ». Il est intitulé « Courage, avançons ! Souveraineté, crédibilité, responsabilité : pourquoi nous soutenons le gouvernement ». Dans ce texte, l'ancien maire d'Argenteuil et ses collègues expliquent qu'ils voteront demain le programme de stabilité du gouvernement, « parce qu'il engage notre souveraineté financière, notre crédibilité politique et notre responsabilité collective ».


Tags : Philippe Doucet Manuel Valls Personnalités politiques Assemblée Nationale
Ajouter un commentaire | Voir les 2 commentaires

27/04/2014
logo_JDD.pngLes soutiens de Valls s'organisent
Source

Avant l’Hémicycle, le combat se passe en tribunes. Après « l’Appel des 100 » frondeurs paru dans le JDD, début avril, les parlementaires socialistes continuent de dialoguer et de faire monter les rapports de force. Jusqu’ici, ce sont surtout les mécontents qui se sont fait entendre. Mais avant le vote très attendu de mardi et redouté par l’exécutif sur le programme de stabilité, une vingtaine de députés s’engagent derrière l’exécutif. « Courage, avançons! Souveraineté, crédibilité, responsabilité : pourquoi nous soutenons le gouvernement », tel est le titre de cet appel initié par Philippe Doucet. Les signataires ne représentent pas le premier cercle de Manuel Valls et il y aura évidemment beaucoup plus de 20 députés pour voter le programme de stabilité mardi.

Liste des 20 députés signataires :

Philippe Doucet (Val d’Oise), Nathalie Appéré (Ille-et-Vilaine), Alexis Bachelay (Hauts-de-Seine), Luc Belot, (Maine-et-Loire), Yves Blein (Rhône), Alain Calmette (Cantal), Corinne Erhel (Côtes d’Armor), Hugues Fourage (Vendée), Michel Francaix (Oise), Yves Goasdoué (Orne), Estelle Grelier (Seine-Maritime), Frédérique Massat (Ariège), Patrick Mennucci (Bouches-du-Rhône), Nathalie Nieson (Drôme), Pascal Popelin (Seine-Saint-Denis), Dominique Raimbourg (Loire-Atlantique), Bernard Roman (Nord), Odile Saugues (Puy-de-Dôme), Pascal Terrasse (Ardèche) et Patrick Vignal (Herault).


[...]

Début avril 2014, notre député, Philippe Doucet, était co-signataire des frondeurs socialistes et désormais il se range du côté du gouvernement de Manuel Valls. Pourquoi cette volte-face ? Notre député serait-il devenu une « girouette » ou bien se serait-il fait tirer les oreilles par le Premier Ministre ?
Y aurait-il des « pressions ou des arrangements » dans l'air ?

Le texte de l'appel des 20


Tags : Philippe Doucet Manuel Valls Assemblée Nationale
Ajouter un commentaire | Voir les 9 commentaires

03/04/2014
logo_humanite.pngManuel Valls, l’ami des puissants qui voulait tourner la page du socialisme
Source

Portrait. Manuel Valls quitte 
la place Beauvau 
pour l’Hôtel Matignon. Il emporte dans 
ses valises les idées sociales-libérales puisées dans les cercles patronaux, fixant le cap d’une gauche socialiste empêtrée dans 
ses contradictions.

«Notre pays a besoin de tempérance et de mesure. Les Français vivent une période difficile. » Manuel Valls va-t-il recycler cette partie de son discours d’arrivée au ministère de l’Intérieur, le 17 mai 2012 ? Il affirmait encore récemment vouloir « profiter de ce moment pour gagner en force, en maturité et en expérience ». Mais a finalement accepté de remplacer Jean-Marc Ayrault au poste de premier ministre. De lui-même, le nouveau chef de l’exécutif disait avant sa nomination : « Je suis ambitieux et j’ai les capacités d’aller plus loin. (…) Incarner ce pays, je le fais déjà » (déclaration à Jacques Hennen et Gilles Verdez dans ­Manuel Valls, les secrets d’un destin). Le Catalan, naturalisé français en 1982, est un homme pressé. Un trait de caractère qu’il partage avec un prédécesseur de la place Beauvau ? Sa modestie aussi. « Depuis les primaires, un vrai déclic pour moi, je suis à la fois légitime et crédible. »
En se confrontant, courant 2011, au vote des électeurs socialistes – dans et hors le parti – pour déterminer le candidat à l’élection présidentielle de 2012, et même si le résultat (5,63 %) n’était pas à la hauteur de ses attentes, Manuel Valls a pu se retourner sur le chemin parcouru depuis ses débuts. Attaché parlementaire en 1983, conseiller régional d’Île-de-France en 1986, son appétit le pousse à accélérer. En 1989, à la tête du groupe socialiste et Verts – « au garde-à-vous, le doigt sur la couture du pantalon » – au conseil municipal d’Argenteuil, il veut déloger les communistes de l’hôtel de ville. Il « ratisse large », se remémore un connaisseur de la politique locale interrogé par Jacques Hennen et Gilles Verdez. « Il arrive même à emporter l’adhésion des gens du centre droit, c’est dire. On a vu tout de suite qu’il irait loin. » Loin mais ailleurs : aux législatives de 1997, il arrive quatrième derrière le PCF, le RPR, et le Front national. Heureusement pour lui, la dissolution de l’Assemblée nationale lui offre malgré son échec l’occasion d’une ascension fulgurante. Il devient le conseiller presse du premier ministre Lionel Jospin.

Au début des années 90, il est devenu « xyloglotte », expert en langue de bois
Les journalistes le découvrent alors, « brillant » mais « hautain », et ne le lâcheront plus, comme en témoignent les unes idolâtres de ces derniers mois. Son ami Christian Gravel, aujourd’hui conseiller communication du président de la République, voit dans son rapport à la presse « l’une des clés de son ascension ». Ce n’est pas la seule. Sa plasticité politique en est une autre. Secrétaire national à la communication du Parti socialiste au début des années 1990, il est devenu « xyloglotte » – expert en langue de bois –, talent qu’il exercera au sein du bureau politique du parti, aux côtés de Jean-Luc Mélenchon, Jean-Paul Huchon, Daniel Vaillant et de ses amis Jean-Christophe Cambadélis et Jean Glavany. Depuis, il pratique beaucoup : pour le « non » au traité constitutionnel, il fera campagne pour le « oui » par « discipline » et votera même en 2008, comme député de l’Essonne, la ratification du traité de Lisbonne. Pro-Royal lors du congrès du PS de Reims en 2008, il se met Martine Aubry à dos en décrétant que « le mot socialisme est sans doute dépassé », mais ne tirera pas, comme l’y enjoint la nouvelle première secrétaire, les « conséquences » de ses paroles en quittant le parti, préférant « tourner la page » avec le soutien de personnalités de premier plan, comme Gérard Collomb et… Jean-Noël Guérini, qui ne sentait pas encore le soufre. « Jean-Noël Guérini est au cœur de tout », insistait-il. Durant la primaire socialiste, il sera contraint de le lâcher, estimant inéluctable sa démission du conseil général…
La primaire socialiste marque un degré supplémentaire de son ascension. Trop étriquée, sa ville d’Évry (Essonne), où il aurait aimé voir « plus de blancs, de “white”, de “blancos” » ? Il y laisse une lourde facture, selon le magazine Capital : une pression fiscale en hausse de 45,7 %, des frais de communication en hausse « de 852,6 % entre 2001 et 2003 » Son destin national, il l’esquissait dans un livre programme intitulé Pouvoir, paru en mars 2010. « Peut-on sauver notre modèle social ? » s’interroge-t-il, voulant « hiérarchiser les priorités » et « proposer des réformes réalistes ». Par exemple, « allonger la durée de nos cotisations » Et s’il couple cette mesure à « l’augmentation du niveau des retraites et notamment des petites retraites », leur gel, sous la présidence Hollande, n’a pas provoqué de réaction de sa part. Pas plus qu’il n’a réédité ses propositions de « prélèvement de cotisations sur les stock-options » égal à « 5 milliards d’euros » ou la remise en cause des retraites chapeaux, qu’il préconisait dans l’ouvrage… malgré les échos positifs dans le discours du candidat François Hollande au Bourget. Une note d’analyse de la Société générale parue hier, rappelant qu’il s’était prononcé lors de la primaire pour une TVA dite « sociale » et un aménagement des 35 heures, résume bien « ce tournant prudent vers des mesures social-démocrates » : « La nouvelle devrait être reçue positivement dans les sphères financières. » Ses amitiés dans le milieu (François Dubos de Vivendi, Henri de Castries d’Axa, Marc Ladreit de Lacharrière, de l’agence de notation Fitch Ratings…) confirment le message.

Plébiscité par la droite, il pâtit d’une mauvaise image à gauche
Est-ce ce qui a motivé la décision de François Hollande de l’appeler à Matignon, poussé par une grande partie de l’opinion de droite (41 % des sympathisants de droite le plébiscitent, contre seulement 20 % à gauche, selon un sondage BVA pour le Parisien paru en mars) ? Il y travaillerait en bonne intelligence avec ses adversaires d’hier, dit-on. Avec Arnaud Montebourg, il aurait une « analyse partagée des problèmes, (une) action commune et concertée », déclarait ce dernier, le 12 mars, à ­Mediapart. D’autres analyses laissent apparaître un calcul plus en phase avec le pragmatisme un brin cynique dont fait habituellement preuve ­Manuel Valls : plébiscité par la droite, il pâtit d’une mauvaise image à gauche, que Montebourg, pense-t-il, pourrait lui apporter.
Au ministère de l’Intérieur, son credo se résumait d’ailleurs ainsi : « La sécurité n’est ni de droite, ni de gauche. » Malgré les promesses, la « politique du chiffre » de son prédécesseur y a été poursuivie, comme les expulsions. Battant tous les records, en doublant le nombre d’expulsions de Roms (près de 20 000). On le sait hostile au droit de vote des étrangers non communautaires aux élections locales, comme il l’avait été à la remise de récépissés lors des contrôles de police – à l’origine du premier reniement du gouvernement Ayrault. Quant à la réforme pénale menée par Christiane Taubira, subira-t-elle le même sort que la proposition de loi communiste sur l’amnistie sociale des syndicalistes ? Lui-même ne le sait pas, avouant, dans les Secrets du destin, « une vraie difficulté à (se) projeter dans l’avenir ».


[...]


Lire : Avec les Roms, Hollande et Valls font pire que Sarkozy


Tags : Manuel Valls Personnalités politiques
Ajouter un commentaire | Voir les 3 commentaires

21/02/2014
logo_vonews.pngValls en visite au conseil du vivre-ensemble d'Argenteuil
Source

Le ministre de l'Intérieur a participé, jeudi soir, à la sixième réunion de cette instance communale qui réunit différentes institutions religieuses de la ville, l'Etat et la municipalité. « Dans le cadre de la laïcité, le dialogue est important », soutient Manuel Valls.
Ce conseil du vivre-ensemble a été créé en décembre 2012 en réponse à l'attaque de la synagogue d'Argenteuil qui avait été la cible de tirs de balles à blanc trois mois plus tôt. Sa création avait suscité la polémique. Ses opposants dénonçaient alors une « remise en cause de la laïcité ». L'instance avait été baptisée « Conseil des Cultes » avant de prendre ensuite le nom de « Conseil du Vivre-Ensemble ».
Aujourd'hui encore, ce conseil est critiqué par l'Observatoire de la laïcité du Val d'Oise qui avait déposé un recours au tribunal administratif contre sa création. Informée de la visite du ministre, la présidente de l'Observatoire - Laurence Marchand-Taillade - a exprimé son « plus grand mécontentement devant une telle provocation ».
Pour Manuel Valls, il n'y a pas lieu à polémique. « Dans le cadre de la laïcité, le dialogue est important », soutient le ministre qui voit dans cette instance locale « une bonne initiative (...) C'est un beau symbole que ce Conseil du Vivre Ensemble se déroule dans la mairie qui est le lieu commun ou on bâtit la République ».

ITW Manuel Valls en visite à Argenteuil par vonews95

A l'ordre du jour de ce 6e Conseil du vivre-ensemble d'Argenteuil : un bilan de la première année et la préparation des journées du Vivre ensemble 2014. Le député maire PS d'Argenteuil se dit satisfait de cette première année :


ITW Philippe Doucet - Visite du ministre de l... par vonews95


[...]
Tags : Philippe Doucet Manuel Valls Laurence Marchand-Taillade Religions
Ajouter un commentaire | Voir les 6 commentaires

logo_leparisien.pngManuel Valls invité surprise du conseil du vivre-ensemble
Source

Un an après sa création, l'heure est au bilan pour le conseil du vivre-ensemble. Réunie hier soir à la mairie d'Argenteuil, cette instance avait comme « invité surprise » : Manuel Valls, le ministre de l'Intérieur en charge des cultes. Il a fait le déplacement à la demande du député-maire (PS), Philippe Doucet. « Je me suis dit que c'était une bonne occasion de participer au dialogue, de montrer que la discussion entre les pouvoirs publics et le ministre en charge des cultes et ceux qui les font vivre au quotidien doit être un moment d'enrichissement et d'apaisement », explique le ministre.
.../...
Au conseil municipal, la délibération actant la création de cette instance, d'abord appelée conseil des cultes, passe d'ailleurs de justesse. 27 élus l'approuvent, 23 se prononcent contre et un s'abstient. Les opposants à cette délibération craignent en effet une « remise en cause de la laïcité ».
Hier, l'observatoire de la laïcité a exprimé son mécontentement « devant ce qu'il considère comme une provocation ». « Mêler le ministre de l'Intérieur à une telle mascarade nous semble du plus mauvais goût, particulièrement en période électorale, réagit l'association. Un recours est en cours d'instruction au tribunal administratif au sujet de ce conseil qui est contraire à la loi 1905. »
Pas de quoi s'inquiéter selon Manuel Valls qui salue « une bonne initiative de la ville d'Argenteuil ». « Nous sommes suffisamment forts sur nos valeurs pour pouvoir dialoguer sereinement entre tous les cultes et les représentants des pouvoirs publics. C'est un beau symbole que le conseil du vivre ensemble se réunit dans la mairie qui est le lieu commun où on bâtit la République au quotidien », insiste Manuel Valls.
.../...


[...]
Tags : Philippe Houbert Manuel Valls Religions
Ajouter un commentaire | Voir les 5 commentaires

20/01/2014
LogoSaphirNews.pngArgenteuil : une manif’ contre l’islamophobie au ministère de l’Intérieur
Source

La Coordination contre l'islamophobie, en place à Argenteuil depuis les terribles agressions de femmes voilées cet été dans la commune du Val d’Oise organise, samedi 25 janvier, une manifestation à Paris, près du ministère de l’Intérieur, pour protester contre le climat raciste ambiant qui vise les musulmans en particulier.
« Depuis quelques mois, et suite aux déclarations ouvertement islamophobes de Manuel Valls, un sentiment d'impunité se fait ressentir sur le territoire. Mais en parallèle, Monsieur le ministre de l'Intérieur et du Culte, tente de nous bâillonner, afin que nous subissions en silence et dans la division », fait savoir le collectif dans un communiqué.
Les agressions à répétitions contre les femmes musulmanes « ne sont pas des faits divers », estime le collectif. Elles « révèlent un climat nauséabond, avec un racisme qui se veut vertueux parce que non fondé sur le concept de race, mais sur celui de culture » et « découlent d'un racisme d'Etat, qui ne cesse de distiller ses déclarations, ainsi que ses lois visant exclusivement les musulmans, créant ainsi un régime d'exception ».
A cette occasion, la coordination appelle à une mobilisation unitaire la plus large possible pour booster la lutte contre l'islamophobie en France.


[...]
Tags : Manuel Valls Sécurité Religions
Ajouter un commentaire | Voir les 5 commentaires

05/11/2013
logo_vonews.pngUne visite de Manuel Valls à Bezons sur fond de campagne des municipales
Source

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, était en visite à Bezons lundi [voir vidéo] notamment sur le thème du trafic de drogue dans le quartier du Colombier. Les partis en campagne en profitent pour régler leurs comptes.
Nessrine Menhaouara, maire adjointe PS de Bezons et vice-présidente de l’agglomération, estime que la venue de Manuel Valls revêt « une portée particulière ». Elle en profite pour tacler le candidat UMP sur la ville : « En effet, la question des trafics sur le quartier du Colombier, est instrumentalisée par la droite Sarkoso-Lepéniste et son représentant M. Régis », juge l'élue PS. Et d'ajouter : « En focalisant l’attention des médias sur un quartier, il prend le risque de stigmatiser l’ensemble des habitants de celui-ci et de détourner les entreprises d’investir sur le territoire bezonnais ».

A droite, Georges Mothron, en lice pour les municipales à Argenteuil, profite de l'occasion pour tacler Philippe Doucet, président de l'agglomération d'Argenteuil-Bezons et candidat à sa succession à Argenteuil. L'élu d'opposition évoque dans un communiqué les « préoccupations du groupe ATOS », installé à Bezons, concernant « la recrudescence de l’insécurité et des trafics en tous genres ». Des craintes auxquelles ne répondrait pas selon lui l’exécutif local : « Visiblement peu intéressé par l’avenir de la commune et de l’agglomération qu’il administre depuis six ans, le maire se terre dans le mutisme complet, lui qui est d‘ordinaire si prompt à communiquer pour annoncer l’inauguration des chrysanthèmes ».

La visite du ministre a également fait réagir Donatien Veret, secrétaire départemental du FNJ Val d'Oise. Selon lui « la venue de Manuel Valls dans le Val d'Oise apparaît comme une énième opération de communication ». Pour le jeune frontiste, « les artifices verbaux du ministre n'y changent rien et les dealers continuent de profiter du laxisme judiciaire et du laisser-faire moral du gouvernement ».


Valls à Bezons contre la drogue par vonews95


[...]

sur le même sujet : http://www.vonews.fr/article_23176-manuel-valls-en-deplacement-a-bezons-contre-la-drogue
http://www.leparisien.fr/espace-premium/val-d-oise-95/manuel-valls-dans-le-quartier-des-dealeurs-05-11-2013-3286985.php
http://www.echo-regional.fr/2013/11/07/manuel-valls-visite-la-cite-du-colombier/


Tags : Georges Mothron Philippe Doucet Manuel Valls Olivier Régis Sécurité Municipales 2014 Villes voisines
Ajouter un commentaire | Voir les 2 commentaires

04/10/2013
logo_leparisien.pngRoms : le soutien de Doucet à Valls passe mal
Source

Un comité de citoyens d’Argenteuil, composé notamment de militants du NPA, du Front de gauche ou de la Fase (Fédération pour une alternative sociale et écologique), appelle à manifester devant la mairie, dès 18 heures, pour dénoncer le soutien du député-maire (PS) Philippe Doucet au ministre de l’Intérieur Manuel Valls, dans sa position sur les Roms. Les membres de ce comité, qui ne se reconnaissent pas dans « ces propos électoralistes », exigent de Philippe Doucet qu’il retire sa signature du texte publié dans « le Journal du dimanche ». La section du PCF estime, pour sa part, que le député-maire rompt par cette position avec la tradition de la ville, « éprise de justice sociale ».


[...]
Tags : Philippe Doucet Manuel Valls Identité Nationale, Roms, voile intégral et autres débats Points de vue Sécurité
Ajouter un commentaire | Voir les 6 commentaires
26/08/2013
logo_le_monde.pngLa ligne Valls
Source

.../...

DU CHARME PARISIEN AU VAL-D'OISE

Il faut donc imaginer son arrivée, en 1988, à Argenteuil, dans le Val-d'Oise. La ville est à dix minutes de la gare Saint-Lazare. Mais c'est déjà un autre monde. Dominée depuis des décennies par le Parti communiste, la cité compte alors 90 000 habitants, abrite la plus grande mosquée d'Europe, de vastes zones pavillonnaires, de grands ensembles, un quartier de tours et une dalle déjà réputée pour ses trafics de drogue. Le jeune homme, qui a choisi d'y emménager, n'a connu jusque-là que le charme parisien du quai de l'Hôtel-de-Ville, dans le quartier du Marais, où son père, un peintre espagnol fuyant l'Espagne franquiste, en 1949, a installé la famille. Ni ses années de syndicalisme étudiant à l'UNEF-ID, ni l'initiation maçonnique au sein de la loge Ni maître ni Dieu du Grand Orient de France, ni même ses missions à Matignon auprès du premier ministre, Michel Rocard, ne l'ont préparé au choc. Lors de ses premières années au PS, Valls et ses deux meilleurs amis, Stéphane Fouks et Alain Bauer, s'amusaient pourtant : "Nous sommes des rocardiens tendance prussiens !" Autant dire bien plus organisés que ces militants venus avec Rocard du PSU, "cette gauche ploum-ploum", comme ils disaient alors pour ne pas la qualifier de naïve.

"A Argenteuil, j'ai découvert la violence, raconte-t-il, et la présence du Front national. J'y ai appris au moins une chose : les précautions langagières et les belles manières factices sont simplement insultantes quand on a en charge des populations en danger." Il est loin d'être le seul à faire cette expérience au PS. Une génération d'élus se frotte à la ghettoïsation des cités, à la délinquance, aux discussions tumultueuses sur la laïcité et le port du voile à l'école.

.../...

« ÇA MANQUE DE BLANCS, DE WHITE, DE BLANCOS»

En 2008, il publie avec Claude Askolovitch un livre d'entretien intitulé « Pour en finir avec le vieux socialisme... et être enfin de gauche (Robert Laffont) ». Il s'y prononce pour l'instauration de quotas d'immigrés. Aux adeptes de la gauche de Jaurès, il oppose celle de Clemenceau, dont il a lu la biographie de Michel Winock. Il en connaît par cœur une réplique : « Sans doute, vous me dominez de toute la hauteur de vos conceptions socialistes. Vous avez le pouvoir d'évoquer de votre baguette magique des palais de féerie. Moi, je suis le modeste ouvrier des cathédrales, qui apporte obscurément sa pierre à l'édifice auguste qu'il ne verra jamais. Au premier souffle de la réalité, le palais de féerie s'envole, tandis qu'un jour la cathédrale républicaine lancera sa flèche dans les cieux.»

Le 7 juin 2009, un reportage sur Direct 8 présenté par Valérie Trierweiler, la compagne de François Hollande, le montre arpentant une brocante à Evry. « Ça manque de Blancs, de White, de Blancos », chuchote-t-il à son conseiller Christian Gravel, aujourd'hui chargé de presse du président de la République. Le PS est secoué. Il le sera encore lorsqu'il vote en 2010, avec de rares parlementaires de gauche, dont Robert Badinter, le projet de loi d'interdiction de la burqa déposé par l'UMP.

.../...


[...]
Tags : Manuel Valls Personnalités politiques Argenteuil : sa réputation
Ajouter un commentaire | Voir les 4 commentaires

01/08/2013
logo_nouvel_obs.pngManuel Valls : « L'islamophobie est le cheval de Troie des salafistes »
Source

Comme le président de la République – et certaines associations vous en font le reproche –, vous parlez d’agressions "anti-musulmanes" et refusez d’utiliser le mot "islamophobes". Est-il tabou ?
- Je suis ministre de l’Intérieur, il ne m’appartient pas de réglementer l’usage d’un mot. Les mots ont un sens, et le terme suscite la polémique. Moi, je choisis ceux que j’emploie. L’important est de souligner une réalité : les actes racistes et xénophobes exercés à l’encontre de nos compatriotes musulmans ont augmenté de 28% depuis 2012 ! [de 31% selon cet observatoire, NDLR] Mais, derrière le mot "islamophobie", il faut voir ce qui se cache. Sa genèse montre qu’il a été forgé par les intégristes iraniens à la fin des années 1970 pour jeter l’opprobre sur les femmes qui se refusaient à porter le voile.
C’est au mot près l’argumentaire de l’essayiste Caroline Fourest, combattu par nombre de collectifs ou d’associations. Pour eux, pendant de l’antisémitisme, "[l']islamophobie" devrait être inscrite dans le discours public et dans la loi.
Je crois que Caroline Fourest et avec elle d’autres intellectuels ont raison. Evidemment, le terme étant entré dans le langage courant, certains parlent "[d’]islamophobie" de bonne foi pour évoquer le racisme contre les arabo-musulmans. En revanche, d’autres, défenseurs d’un islam fondamentaliste –en particulier les salafistes – l’utilisent avec un objectif bien clair : empêcher toute critique de la religion et s’opposer aux principes de la République.
Un fondamentaliste vous dira que brûler une mosquée, caricaturer le prophète Mahomet ou contrôler dans le respect de la loi une femme portant le voile intégral, c’est la même chose. Pour eux, il s’agit d’actes "islamophobes". Je ne peux, moi, accepter cette tautologie.
Les sites djihadistes font exactement la même analyse. Ils veulent donner le sentiment que les musulmans, notamment dans nos banlieues, sont les victimes des lois de la République. On l’a bien vu récemment à Argenteuil et à Trappes, pour ne parler que de ces deux villes. Pour eux, une femme voilée intégralement est une victime non de l’obscurantisme intégriste, mais de l’institution républicaine qu’est la police ! Moi j’estime qu’il faut agir dans deux  directions : combattre férocement ceux qui commettent des actes racistes à l’encontre des musulmans, et en même temps ceux qui s’en prennent aux institutions de la République. Pour les salafistes, "[l’]islamophobie" est un cheval de Troie qui vise à déstabiliser le pacte républicain.
Observez-vous une montée du communautarisme ?
- Nous sommes devant un défi bien plus grave. Certaines villes sont des mosaïques où le mélange des cultures et des religions peut être un enrichissement. Mais malgré de gros efforts de rénovation urbaine, le ghetto est là. C’est le cas à Trappes comme à Argenteuil. Sur fond de crise économique, de misère, il existe une crise d’identité très profonde d’une partie de notre jeunesse. Preuve manifeste : le nombre significatif de convertis, dont une minorité se radicalise, et qui montre qu’une autre loi s’impose à des gens qui ne sont pas de culture musulmane.
A quoi s’ajoute une crise des institutions de l’islam de France, qui subit une pression très forte des salafistes.
A Argenteuil, les auteurs des agressions dénoncées par deux jeunes femmes voilées n’ont toujours pas été retrouvés. Leur comité de soutien et leurs proches estiment que la police est bien plus efficace lorsqu’il s’agit d’agressions contre des juifs…
La police et la justice font leur travail. Je ne peux pas accepter cette rhétorique malsaine. C’est une instrumentalisation par des intégristes. La victimisation par rapport aux juifs est une vieille technique antisémite. On dit alors que les juifs sont davantage protégés par les autorités que les musulmans. Un classique ! Cela dessert d’abord l’immense majorité de nos compatriotes de culture arabo-musulmane.
On revient là au débat sur "[l']islamophobie"… Les agresseurs de musulmans sont toujours recherchés et condamnés avec une grande détermination. A Orléans, un homme vient d’être condamné à deux ans de prison, dont six mois ferme, pour avoir roué de coups et insulté trois femmes au motif qu’elles étaient arabes et musulmanes. L’Etat est là et bien là pour protéger tous les citoyens.
Les mouvements islamistes radicaux exploitent-ils les agressions récentes contre des musulmans ?
- A l’évidence. C’est le cas de gens souvent connus de nos services et qui n’hésitent pas, comme à Argenteuil ou à Trappes, à se déplacer dans une ville dont ils ne sont pas originaires pour créer l’agitation. Il s’agit pour eux de conquérir des espaces et des esprits. On observe aussi des intérêts communs entre groupes radicaux, à l’extrême droite et dans une partie de l’extrême gauche que j’appellerai différencialiste, pour créer la confrontation.
A nous de tenir bon.
Etes-vous inquiet ?
- Oui. D’autant qu’il ne faut surtout pas confondre l’immense majorité de nos concitoyens musulmans avec des groupes radicaux qui sont à l’œuvre.
Ils en sont les premières victimes. C’est donc aussi aux musulmans de France de trouver la force de les combattre aux côtés des pouvoirs publics.


Le piège du mot "Islamophobie" ( Caroline... par prochoix


[...]

Ce qu'en pensent les suisses : http://www.reduitnational.com/france-argenteuil-trappes-des-futurs-kosovo-2/


Tags : Manuel Valls Sécurité Religions
Ajouter un commentaire | Voir les 12 commentaires
27/06/2013
logo_leparisien.pngLa femme voilée agressée reçue par Manuel Valls
Source

La jeune femme voilée agressée le 13 juin à Argenteuil a été reçue hier matin par le ministre de l’Intérieur Manuel Valls, en présence de son conjoint, son avocat et du député-maire (PS) Philippe Doucet. Enceinte de quatre mois, elle a perdu son bébé après l’agression. « Au cours de ce rendez-vous, Manuel Valls a rappelé à juste titre qu’il n’y avait pas deux poids deux mesures entre les actes anti-musulmans et les autres. Il a aussi confirmé que la police fera tout pour retrouver les agresseurs », détaille Philippe Doucet. Fin mai, une autre femme voilée avait été agressée à Argenteuil. Deux rassemblements contre l’islamophobie ont été organisés dans la ville les deux dernières semaines.


[...]
Tags : Philippe Doucet Manuel Valls Identité Nationale, Roms, voile intégral et autres débats Sécurité Religions Argenteuil : sa réputation
Ajouter un commentaire
29/05/2013
logo_vonews.pngManuel Valls en visite à Argenteuil
Source

La ville d'Argenteuil a dévoilé la statue du célèbre résistant Jean Moulin. Une statue qui se situe à l'angle de la rue de Montmorency et de Paul Vaillant-Couturier, tout juste rénové. Pour l'occasion le maire de la ville a invité Manuel Valls, ministre de l'intérieur à Argenteuil, qui s'est dit très heureux de revenir dans cette ville qu'il a si bien connu.


ITW Manuel Valls à Argenteuil par vonews95


[...]
Tags : Manuel Valls Inaugurations Cérémonies - Commémorations
Ajouter un commentaire | Voir les 10 commentaires
22/08/2011
blog_un_regard_sur_argenteuil.pngPrimaires citoyennes du PS : mode d'emploi à Argenteuil.
Source | pdficon
Alors que les très médiatiques universités d'été du Parti socialiste vont se tenir en fin de semaine à La Rochelle, et que le principal parti français d'opposition doit désigner les 9 et 16 octobre son candidat pour l'élection présidentielle, un militant argenteuillais nous a fait parvenir un article visant à "éclaire un maximum d'habitants d'Argenteuil sur les primaires et ainsi qu'ils y participent nombreuses et nombreux". Bureaux de vote, candidats, soutiens locaux...tout y est.
[...]
Tags : Philippe Métézeau Ségolène Royal Martine Aubry Gérard Sébaoun François Hollande Manuel Valls Vie des partis politiques
Ajouter un commentaire | Voir les 24 commentaires
25/10/2010
logo_leparisien.pngLe retour de Manuel Valls
« Cette matinée me permet de revenir à une vie antérieure », a ironisé Manuel Valls, le député-maire socialiste d’Evry (Es- sonne) , samedi matin, à Argenteuil. L’ancien élu de la ville a répondu présent à l’invitation du maire (PS), Philippe Doucet (au centre), pour débattre avec Phil ippe Sa r r e ( à gauche), le maire (PS) de Colombes autour du thème : « Un centre-ville, pourquoi faire ? » La dalle du Val-d’Argent, celle Salvador-Allende, l’aménagement des berges de Seine, les transports interquartiers sont autant de problématiques abordées dans les débats. «Nous avons besoin, dans nos villes de banlieues, de partager nos réflexions », a expliqué Manuel Valls qui a, à l’instar d’Argenteuil, lancé une réflexion sur la notion de ville nouvelle à Evry. Cette rencontre a eu lieu dans le cadre de la deuxième édition du forum urbain de la ville.
[...]
Tags : Philippe Doucet Manuel Valls Logement - PLU - Densification Vie des partis politiques
Ajouter un commentaire | Voir le commentaire
logo_argenteuil_politique.pngle retour de Manuel Valls
L'article - avec photo - de la venue de Manuel Valls à Argenteuil samedi 23 octobre 2010 lors du 2ème forum urbain prêterait à sourire s'il n'était pas révélateur d'un grand malaise à Argenteuil et pour cause (le Parisien ce matin)
L'élu cité, a habité la commune de 1988 à 1998, avant de partir et se faire élire dans une commune et une circonscription en or pour le PS (Evry), il était à l'époque directeur de cabinet de Lionel Jospin premier ministre, c'est dire
Lors de sa venue samedi, aucun de ceux qui l'ont accompagné et soutenus dans ces années là n'étaient présents, c'est dire que 12 années depuis son départ n'ont pas effacé ce manquement à la parole donnée "il avait promis de rester à Argenteuil" disait-il, en trahissant ces amis, Valls a signé sa forfaiture, comme il le fait avec son parti, le PS, il était comme aujourd'hui un jeune pressé et il trépignait de se voir relégué derrière un certain Robert Hue (PC) député et soutien de Jospin L'histoire nous dira si sa présence à Argenteuil (1988-1998) et cette "matinée qui lui permet de revenir à une vie antérieure" sera de bonne augure pour un maire PS Doucet en quête de sens et d'identité dans une commune, la première du Val d'Oise où il n'a de cesse de chercher un parrain politique.

Malévich
Tags : Philippe Doucet Manuel Valls Logement - PLU - Densification Vie des partis politiques
Ajouter un commentaire | Voir les 3 commentaires
20/10/2010
logo_argenteuil.pngProgramme du 2ème Forum Urbain
Source | pdficon
Jeudi 21 octobre
19h - Inauguration
En présence de Philippe Doucet, Maire d’Argenteuil, Chantal Colin, Première adjointe au Maire déléguée à l’Urbanisme, à la Politique de la ville, à l’ANRU, et aux Espaces verts et l’équipe municipale
[...]
Tags : Philippe Doucet Dominique Mariette Chantal Colin Manuel Valls Dominique Lesparre Informations générales Logement - PLU - Densification
Ajouter un commentaire | Voir les 3 commentaires
30/03/2010
logo_argenteuil_politique.png Intervention de Georges Mothron en séance du conseil municipal du 29/03/2010, pour dénoncer la gestion financière de la municipalité actuelle :
...
Monsieur MONTDARGENT et son équipe ne sont plus aux commandes de la ville depuis 1995 mais ils ont laissé des dettes abyssales pour plusieurs générations. Telles quelles restaient en 2001 au début de notre mandat, malgré nos énormes investissements en scolaire, voirie et culture entre autre, nous vous les avons léguées avec seulement 7 millions supplémentaires.
Ce que le Maire actuel nous propose ce soir c’est un retour aux mauvaises habitudes du passé : on projette les dépenses, puis, seulement après, on ajuste les recettes ...
Tags : Georges Mothron Roger Ouvrard Manuel Valls Robert Montdargent Impôts, finances et fonction publique Conseil Municipal
Ajouter un commentaire
27/03/1997
logo_liberation.png Argenteuil: haute tension à gauche sur le vote du budget
Roger Ouvrard, maire PCF d'Argenteuil, a convoqué le conseil municipal ce soir pour le vote du budget. Celui-ci avait été retoqué le 24 mars: les 15 conseillers municipaux socialistes (et écologistes apparentés) avaient refusé le vote du budget primitif, de même que les 10 élus RPR-UDF et les 3 représentants du FN. Soit 28 voix contre 22 élus communistes, et 3 abstentions des Verts. Dans une série de déclarations, le maire et la section communiste d'Argenteuil mettent en garde les socialistes contre un nouveau refus du (même) budget ce soir, ce qui pourrait entraîner la mise sous tutelle des finances locales. De son côté, Manuel Valls, maire adjoint socialiste et secrétaire fédéral du PS du Val-d'Oise, souligne son intention de poursuivre sa protestation contre une gestion municipale qui, selon lui, «n'a pas réellement changé», conduisant à un endettement d'environ un milliard de francs, qui paralyse la politique de la ville.
Tags : Roger Ouvrard Manuel Valls Impôts, finances et fonction publique
Ajouter un commentaire
07/02/1997
logo_liberation.png Argenteuil criblé de dettes.Un rapport de la Chambre des comptes critique la gestion de l'ancien maire PC
Argenteuil bat des records. Première ville du Val-d'Oise avec un budget de 800 millions de francs pour 100 000 habitants, elle est en passe de devenir l'une des communes les plus endettées. «Au train où vont les choses, il faudra soixante-six ans pour espérer rembourser la dette. Les Argenteuillais vont payer pendant plusieurs générations», ironise Georges Mothron, le député RPR de la circonscription. Manuel Valls, maire adjoint socialiste, enfonce le clou: «L'endettement 1997 représentera près de 1 milliard, c'est plus que le budget lui-même.»
A droite, comme désormais à gauche, on critique sans retenue la gestion de Robert Montdargent, l'ancien maire communiste. Même Roger Ouvrard, son successeur et ancien maire adjoint, a pris ses distances ...
Tags : Georges Mothron Roger Ouvrard Manuel Valls Robert Montdargent Impôts, finances et fonction publique
Ajouter un commentaire